Le BURN OUT: définition, causes, processus général

Le Burn-out se répand comme une épidémie des temps modernes (le mal du siècle ?) Loin d’être une simple fatigue passagère, cet « épuisement professionnel » peut avoir des conséquences invalidantes sur toutes les sphères de la vie : sociale, familiale, et bien sûr santé physique et psychique. Dans les formes les plus graves, l’issue peut être fatale : infarctus, « karoshi », suicide,…


POURQUOI cette série d’articles ?

Soyons clair, on ne sort pas indemne d’un tel passage à vide. Je le sais pour l’avoir éprouvé, corps et mental également touchés, à une époque où le terme n’était pas aussi connu, voire galvaudé, qu’aujourd’hui. Quelques années plus tard, j’ai découvert la Pédagogie Perceptive* (PP), et ai pu constater à quel point cette méthode, mise au point par le Pr Danis Bois, pouvait s’avérer efficace pour prévenir un burn out ou une rechute. Aider d’autres personnes à éviter un tel « effondrement intérieur », ou à sortir au mieux de cette épreuve, est le moteur qui me pousse à rédiger cet article aujourd’hui.



Définition et causes d’un Burn-out


Le Burn-out (ou syndrome d’épuisement professionnel) n’est pas encore reconnu comme une maladie. L’OMS le définit comme un « Sentiment de fatigue intense, de perte de contrôle et d’incapacité à aboutir à des résultats concrets au travail ».

Il s’agit d’une « carbonisation psychologique », la personne est comme réduite en cendres, « cramée » de l’intérieur.

Au départ repéré dans les professions à dominante « sociale » (soignants, enseignants, travailleurs sociaux), aujourd’hui tout le monde est concerné. Les spécialistes distinguent ainsi des variantes, comme le « burn-in » (phase de présentéisme qui précède le burn-out), le « bore out » (souffrance causée par l’ennui au travail, le « brown out » (perte de sens du travail, sentiment d’absurdité), et plus récemment le burn-out maternel, etc…

Différence entre burn out et dépression.

Lors d’un burn out, la personne a la capacité d’éprouver du plaisir et de la joie pour ses activités en-dehors du travail. Alors que pendant une dépression, tout goût de vivre a disparu (anhédonie). A la fois signe d’une bonne santé psychique, et remède à part entière, le rire est un bon marqueur de santé psychique.



Même si la victime peut avoir l’impression que le burn out lui tombe dessus comme un coup de massue, la laissant vidée de ses forces, en réalité la « descente aux enfers » n’arrive pas par hasard. Le processus qui mène au burn out est d’abord progressif, comme une descente en pente douce. A ce stade, il peut-être enrayé par du repos, éventuellement un arrêt de travail d’une ou deux semaines. Mais si l’on ignore les signes précurseurs, qu’on s’enferme dans le déni, à un moment donné une rupture va se produire. C’est la phase de décrochage : la pente devient verticale, la personne a la sensation de tomber dans un trou. La chute sera d’autant plus brutale qu’on se sera entêté à continuer de travailler comme un forcené, malgré les mises en garde de nos proches.

Les différentes étapes d’un burn out peuvent être schématisées dans le diagramme ci-dessous. (2)


PROCESSUS

Pour savoir où je me situe : lien vers test en 12 Q, ma version


RÉSUMÉ : Atouts de la Pédagogie Perceptive pour toutes les phases d’un burn out.

La Méthode Danis Bois s’avère performante à toutes les phases du processus. Son action simultanée sur le corps ET l’esprit procure des effets doux et puissants. A la fois soin et formation (outil de développement personnel),


* PHASE de PRÉVENTION.

Outils privilégiés : Toucher, Méditation

  • 1.Analyse du Contexte : la PP affine les capacités d’observation (amélioration de l’attention, des facultés d’analyse).

  • 2.Signaux d’alerte : Rend notre « intelligence du corps » plus performante. En augmentant notre capacité à percevoir les « signaux faibles » en provenance de notre corporéité, permet de prévenir l’apparition ultérieures de pathologies plus sévères.

  • 3.Déni : développe la capacité à 1/ accueillir les « signaux faibles » mais aussi 2/ les valider, en « accuser réception ». Pour y parvenir, l’aide du praticien est indispensable au début. Une fois le problème identifié il devient possible de mettre en place des solutions préventives, ce qui permet de réduire l’anxiété.


* PHASE de DÉCROCHAGE et ARRÊT de TRAVAIL

Outils privilégiés : Toucher de Relation

  • 4.Décrochage : se produit si la prévention a échoué. A ce stade, aucune action d’aucune sorte n’est, par définition, possible… c’est le moment où la personne perd le contrôle sur ce qui lui arrive. Comparable à une chute dans le vide. Pratiquée dans les tous premiers jours après le « crash », la PP peut amortir le choc, et permettre une récupération plus rapide et complète.

  • 5.Arrêt de travail : praticable dès les premiers jours, le Toucher de Relation (séance individuelle) est particulièrement recommandé. Son aspect « cocooning », permet de se détendre en profondeur, de relâcher les tensions musculaires et mentales, de retrouver une vitalité, un sommeil réparateur. Aussi, de sortir des ruminations, des pensées obsessionnelles, prendre du recul sur la situation (notamment en cas de harcèlement)


* PHASE DE RECONSTRUCTION.

Outils privilégiés : Méditation, Gym Sensorielle, Lecture du mouvement

  • 6. Reconstruction : la Pédagogie Perceptive favorise la prise de recul. Améliore la présence à soi-même. Une meilleure perception, des nuances de ses états internes permet une régulation en temps réel. D’où réduction du nombre et de la gravité des rechutes.

  • Les séances collectives de Méditation et de Gym Sensorielle sont l’occasion de s’appuyer sur la force du groupe pour puiser un regain d’énergie.

  • La pratique de la GS, notamment les mouvements de base, linéaires, favorise une (re)mise en mouvement : remise en forme et passage à l’action.

  • De plus, la « Lecture du Mouvement » permet d’obtenir des informations sur notre façon d’être, et de faire des liens avec la situation traversée (cf exemple…)

  • 7. Reprise d’activité professionnelle

  • Retour sur son ancien lieu de travail : une meilleure connaissance de soi permet de se positionner comme force de proposition pour obtenir les aménagements nécessaires.

  • Reconversion: la pratique de la GS favorise la capacité à changer de direction sans se retrouver déstabilisé. Fortifie l’aptitude à s’appuyer sur ses repère internes pour conserver son équilibre malgré les fluctuations de l’environnement.


(1) Pédagogie Perceptive : méthode psychocorporelle, mise au point par le Pr Danis Bois, kinésithérapeute et ostéopathe.

© 2018 Envol et Moi - Nathalie Leroy.  Créé avec Wix.com